Aide à la déclaration des captures accidentelles et à la reconnaissances des mammifères marins

Les connaissances sur l’interaction entre les flottes de pêche et les populations de mammifères marins sont aujourd’hui encore limités.

 

Ainsi, afin de mieux comprendre ces phénomènes, l’arrêté du 6 septembre 2018 (portant modification de l’arrêté du 1er juillet 2011 fixant la liste des mammifère marins protégés sur le territoire national et les modalités de leur protection) précise les modalités de mise en oeuvre de la déclaration des captures accidentelles de mammifères marins par les professionnels de la pêche français. Les données de ces déclarations feront parties du flux déclaratif standard utilisé pour l’ensemble des données d’activité de pêche professionnelle. Ces données, détenues par le DPMA, seront utilisées à des fins de connaissances scientifiques.

 

Un guide d’accompagnement pour les pêcheurs professionnels à ainsi été développé par la DPMA, avec l’appui de la DEB, de l’AFB et de l’Observatoire Pelagis, afin :

  • de les aider à saisir sur les outils dédiés (journaux de pêche papier ou électronique, logbook, fiche de pêche) les données relatives aux captures accidentelles de mammifères marins ;
  • et de les aider à reconnaître les espèces de mammifères marins capturées accidentellement (les 8 espèces les plus courante en métropole sont décrites).

 

Par ailleurs, au cours des journées de formations et d’accompagnement au remplissage des obligations déclaratives seront notamment expliquées la déclaration des captures accidentelles de mammifères marins et ce guide sera diffusé.

Vous pouvez également le télécharger en cliquant sur le lien ci-dessous :

 

Pour toutes questions relatives aux informations biologiques à déclarer, vous pouvez contacter directement l’Observatoire Pelagis (Université de La Rochelle – CNRS) 7j/7 : 06.75.02.03.13 ou pelagis@univ-lr.fr

Vous pouvez également disposer de bracelets à poser sur les carcasses avant de les rejeter à la mer afin, lorsque la carcasse sera retrouvée échouée, d’affiner les connaissances sur la dérive en mer  et d’estimer les taux de capture accidentelle à partir des échouages.