Info Pro

Programme de marquage

Le programme BARGIP est en cours sur le bar vous pouvez regarder l’affiche du programme.

Une autre étude vise à mieux connaitre le taux de survie des espéces relachées affiche taux survie

Actualités

Marchés publics

Appel d’offres

Le comité Régional des Pêches de Normandie cherche un navire pour effectuer des prélèvements sanitaires de coquille st Jacques sur la Manche Est. Les prélèvements auront lieu mensuellement toute l’année sur 5 zones de la Manche Est. Les prélèvements sont menés dans le cadre du projet INTERREG S3-EUROBAHS dont la description figure dans l’article précédent

vous pouvez télécharger l’appel d’offres ci-après :appel-doffres-crpn-prelevements-3

Ainsi qu’une trame de réponse ci après : Dossier de présentation de candidature_appel d’offre

 

 

 

 

EUROHABS

Le projet INTERREG S-3 EUROHABS est officiellement lancé !!

Un projet européen pour la surveillance des efflorescences algales nuisibles depuis l’espace

 

Un projet européen pour la surveillance des efflorescences algales nuisibles depuis l’espace

 

Le 21 novembre 2017, S-3 EUROHAB, un nouveau projet environnemental relevant du programme Interreg France (Manche) Angleterre (FMA) et cofinancé par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER), a été lancé. Le projet est co-financé à hauteur de 2,6 millions d’euros sur 4 ans et est coordonné par le Plymouth Marine Laboratory en collaboration avec 8 partenaires britanniques et français. S-3 EUROHAB utilisera la technologie satellitaire la plus récente pour améliorer la surveillance de la qualité des eaux marines et côtières et les efflorescences algales nuisibles (HABs) dans l’espace Manche et en évaluer les impacts socio-économiques.

 

Les efflorescences algales nuisibles (HABs) sont causées par une croissance excessive d’algues marines qui libèrent des toxines nocives pouvant tuer les poissons, les coquillages et même les humains lorsqu’ils consomment ces produits contaminés. Ces efflorescences peuvent donc avoir un effet extrêmement dommageable notamment sur les industries du tourisme et de la pêche. Dans l’UE, le coût annuel des HABs pour ces industries est estimé à plus de 918 millions d’euros. Enfin une mauvaise qualité de l’eau (eutrophisation) peut également affecter les régions côtières et nuire à un certain nombre d’industries maritimes.

 

Le projet utilisera les données issues du satellite européen Copernicus Sentinel 3, récemment lancé, pour suivre la croissance et la propagation des efflorescences d’algues nuisibles et l’abondance du phytoplancton liée à la qualité de l’eau sur l’espace Manche. Ces données seront utilisées pour construire un système d’alerte basé sur le Web, le premier de son genre en Europe, pour prévenir les gestionnaires de l’espace marin et l’industrie des pêches de la prolifération d’algues potentiellement dommageables. Les données collectées aideront à mieux comprendre pourquoi, comment et quand surviennent les HABs, à évaluer les coûts associés à ces évènements et comment le système d’alerte Web pourrait contribuer à réduire ces coûts.

 

Les méthodes actuelles de suivi des HABs sont relativement inefficaces au regard de leur coût : 2 millions d’euros par an pour ne contrôler que 6% de la surface de la Manche. Non seulement les méthodes proposées par S-3 EUROHAB seront beaucoup moins onéreuses, seulement 42.000 euros par an, mais elles couvriront également l’ensemble de la zone Manche. Le système d’alerte se traduira aussi par des temps de réponse aux HABs beaucoup plus rapides, contribuant potentiellement à atténuer les effets des efflorescences et les pertes économiques qui leur sont associées en France et au Royaume-Uni. Des améliorations seront apportées aux méthodes existantes en utilisant les données satellitaires sur la coloration des océans et en particulier l’application des dernières avancées technologiques issues des satellites européens Copernicus. Le projet utilisera ces données satellitaires pour créer un système d’alerte en ligne concernant les HABs et la qualité de l’eau. Ce système d’alerte Web sera conçu en partenariat avec les parties prenantes pour améliorer la surveillance marine des HABs dans la région France (Manche) Angleterre.

 

Le budget total du projet s’élève à 3,7 millions d’euros, dont 69% sont financés par le programme Interreg France (Manche) Angleterre, représentant une subvention du Fonds Européen de Développement Régional de 2,6 millions d’euros. Le projet associe 9 organisations, 5 françaises (IREMER-Brest, IFREMER-Port-en-Bessin, IFREMER-Boulogne-sur-Mer, Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins de Normandie, Université de Bretagne Occidentale) et 4 du Royaume-Uni (Plymouth Marine Laboratory, Environment Agency, University of Southampton, Devon and Severn Inshore Fisheries and Conservation Authority), et se déroulera de novembre 2017 à octobre 2021.

 

 

Pour plus d’information, veuillez contacter:

 

Gavin Tilstone – ghti@pml.ac.uk

 

 

Notes aux éditeurs:

  1. Le Programme FMA est un programme de Coopération Territoriale Européenne qui vise à financer des projets de coopération ambitieux dans la région frontalière entre la France et l’Angleterre. Il se concentre sur plusieurs objectifs spécifiques notamment l’innovation, l’amélioration de l’attractivité des territoires de l’espace FMA, et le développement de technologies sobres en carbone. Le Programme dispose de 223 millions € de financement FEDER et est géré par l’autorité de gestion, Norfolk County Council.
  2. Partenariat du projet:
    • Coordonnateur: Plymouth Marine Laboratory (UK)
    • Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer – Brest (France)
    • University of Southampton (UK)
    • Environment Agency (UK)
    • Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer – Boulogne (France)
    • Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins de Normandie (France)
    • Devon and Severn Inshore Fisheries and Conservation Authority (UK)
    • Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (Ifremer) – Port-en-Bessin (France)
    • Université de Bretagne Occidentale (France)
  3. Le Programme opère dans une zone éligible clairement définie, qui couvre les côtes anglaises sud et est, des Cornouailles au Norfolk, et, côté français, du Finistère au Pas-de-Calais. Vous trouverez ici l’espace du Programme.
  4. Vous trouverez plus d’informations sur le Programme sur https://interreg5a-fce.eu/fr/.

Permanences Service Social Maritime (Nord Manche)

Laurent COLLARD, conseiller social du Service Social Maritime reprend ses permanences sur le secteur Nord Manche en Septembre.

Il sera:

  • le 7 Septembre 2017 à l’antenne de Saint-Vaast-la-Hougue
  • le 11 Septembre 2017 de 9h30 à 12h au CRP à Cherbourg

Il peut vous informer sur:

  • la Retraite ENIM (simulation de départ en retraite)
  • le Logement
  • le Budget (caisse intempérie, endettement, aide ENIM suite AT…)
  • la Famille (garde d’enfants, prestations familiales, procédure de divorce…)
  • la Formation (compte CPF, formations maritimes…)
  • la Santé

Pêche du Bar en 2017

Voici l’article 9 du règlement Tac et quotas 2017 au sujet de la pêche du bar.

Pour résumer :

Chalut Pélagique et Pêche à pied professionnelle : interdiction de pêche

Chalut du fond : 3 % du volume par jour dans la limite de 400 kg par mois

Filet : 250 kg par mois

Ligneurs : 10 t par an, fermeture février-mars

Pour la plaisance, les règles de 2016 sont reconduites (1 bar par jour/pêcheur à partir du 1 er juillet)

Pêche à pied : coques, moules, tellines

Bonjour,

Deux petits gisement de coques sont ouverts en ce moment en Normandie.

Le Grand Vey, ouverture le 5 décembre : quota 64 kg : AP coques-grand-vey

Merville – Banc des oiseaux, ouverture le 8 décembre : quota 64 kg AP coques-et-tellines-merville-franceville

20150903_094141

Le gisement de moule de la pointe du siège est ré-ouvert ainsi que la pêche des coques/ tellines sur le gisement annualisé de Merville-Franceville

Le gisement de Brévands, quant à lui, est fermé : AP coques-fermeture-brevands

De la présence des Irlandais

uk-boboss_1008

Boboss aux prises avec les UK

 

Est-ce que c’est révoltant oui !
Est-ce que votre colère est légitime, oui !

Mais avant de céder aux chantres de ceux, minoritaires, qui pensent « que c’était mieux avant les 3 ouvertures », il faut se rappeler d’où l’on vient.
Il y a seulement 4 ans, dès le mi-aout, la flottille anglaise et écossaise investissait massivement nos gisements traditionnels et quittait les lieux peu après l’ouverture d’octobre.
Alors pour faire évoluer cette situation intolérable, on a discuté d’abord entre français, puis avec les « UK ».
Grâce aux échanges de KW, avec les rencontres de Brixham et Port en Bessin, nous avons trouvé des accords. Maintenant les discussions vont plus loin, on parle de mesures techniques, la taille des anneaux par exemple.
Reste évidemment les – de 15m et les Irlandais, mais là aussi les négociations avancent à Port en Bessin, puis à Dublin en septembre dernier, les irlandais ont reculé leur date d’arrivée, ils nous ont proposé de rester au Nord du 49°36. C’est insuffisant, mais c’est un bon début.
Ce sont, comme beaucoup d’entre vous de jeunes pêcheurs. Conséquence du libéralisme anglo-saxons, ils se sont installés avec des bateaux d’occasion sans droit de pêche et se rabattent donc sur la coquille. Aussi, ils sont pleinement conscients d’être en porte-à-faux avec notre flottille.

Quel est notre objectif ?
C’est simple, faire reconnaitre « le box » sous la ligne Barfleur/Antifer, sous le 49°42N, par l’Europe, faire reconnaitre la dépendance de nos petits bateaux majoritairement limités à cette zone dans les 20Mn. Il n’est pas question de remettre en cause les droits historiques de chaque état. Mais ne nous trompons pas de l’autre côté, juste en face de chez nous, là aussi des pêcheurs, petits bateaux pratiquant les ars dormants, s’insurgent de la présence des français et demandent une nécessaire révision de ces droits acquis depuis longtemps dans leur 12Mn.
La reconnaissance de ce box permettra d’aller plus loin dans les mesures techniques, fermeture, quotas, etc…

Le système des 3 ouvertures a permis à nos bateaux d’être moins dépendants de la coquille, d’étaler les apports en évitant la surproduction chronique d’octobre là où il ne faut pas « rater l’ouverture ».
Cette année, au delà de l’indispensable gestion de la ressource (problème de la taille des csj), il faut penser aussi à celle des marchés. La csj est actuellement bien valorisée. Il faut absolument maintenir ces cours hauts jusqu’au début novembre, c’est à ce moment que la demande va s’affirmer.

La conjoncture internationale nous est favorable, pas d’import, des prix hauts sur les noix de pétoncle, une forte demande aussi bien de nos mareyeurs que sur le marché internationale (Cf le dernier PDM).
En plus sans problème sanitaire, on a toutes les conditions pour réussir une très belle saison de coquille.

Nous demandons d’urgence une réunion de la Commission Interrégionale pour explorer toutes les possibilités pour mettre un terme à cette situation.

Il y a 9000T de csj à pêcher das le Proche Extérieur.
Serrez nous les coudes et résistons à la tentation de tout lâcher à cause de quelques irlandais opportunistes.

Dimitri ROGOFF
Président de la Commission CSJ

CSJ pour savoir où pêcher

 

Bonjour à tous,

la Commission CSJ est heureuse de vous proposer une appli à mettre sur votre smartphone pour vérifier en temps réel les zones sanitaires qui sont ouvertes à la pêche à la coquille Saint Jacques.

Un lien à mettre d’urgence dans vos favoris ou à consulter sur vos PC.

www.crpbn.fr/zones-csj

ROUGE zones fermées
VERT  zones ouvertes
GRIS   zones fermées faute de prélèvement

Bonne saison à tous
Dimitri ROGOFF
Président de la Commission CSJ